AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comment être tranquille un Samedi après midi [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar


❯ Messages : 9
❯ Avatar : Ashley Greene
❯ Scolarité : 6ème année//17 ans
❯ Camp : Rouge émeraude
❯ Orientation : Hétérosexuelle



• SORTING FATES CARD •
Journal de Bord :
Il me protège : La forme de ton Patronus (5éme année minimum)
Ca me fout la trouille : La forme de ton épouvantard

Message Comment être tranquille un Samedi après midi [libre]   Ven 7 Sep - 19:49


    La journée n'avait pas trop mal commencé, un petit déjeuner en tête à tête avec un livre, des révisions au calme dans son lit, un déjeuner pris à la va vite, c'était ainsi que c'était passé la matinée de Kate, une matinée bien triste pour certain mais qui convenait parfaitement à la jeune gryffondor.
    Heureusement qu'on été samedi, le jour préféré de la jeune fille car elle n'était pas obligé de se retrouver encerclée par les autres élèves dans des matières qui de toute façon ne lui servirait à rien plus tard. Leur professeur de Défense contre les forces du mal leur avait donné une rédaction à faire d'au moins un parchemin. Kate aimé bien écrire, elle laissait ses idées déborder et retracer tout sur son parchemin. D'ailleurs par moment c'était sa seule occupation, quand elle s'était retrouvée enfermé pendant 11 ans dans un grenier sombre et glacial elle n'avait eut pour autre compagnie qu'un livre et un crayon. Ce livre elle l'avait toujours sur elle, c'était à lui qu'elle confiait tout ses petits secrets, ses craintes les plus profondes mais aussi parfois les rares moments de bonheur.

    Installé tout au fond d'une salle vide elle avait croisé ses bras sur la table et avait posé sa tête dessus, cachant ainsi son visage. Être seule pouvait avoir certaines qualités mais aussi pas mal de défaut. N'ayant personne à qui parler elle se rappelait souvent ces moments ou la soif de sang commencer à prendre le dessus sur son âme humaine, puis c'était le trou noir et comme à chaque fois elle se réveillait attaché dans ce satané grenier, les vêtements en lambeaux, son corps dégoulinant de sueur. Cela lui faisait mal, bien plus mal que personne ne pourrait un jour l'imaginé et pourtant ça resterait gravé à jamais dans son esprit.
    Son journal ouvert sur la table elle le prit et en lut un passage :

    " 15 Juillet

    Le soleil brille dehors et je peux entendre le rire des enfants qui s'amusent. Qu'est ce que j'aimerais être à leur place, ne pas avoir à me soucier de ce qui m'arrivera quand la pleine lune sera là... Je l'ai envie tellement, parfois j'ai même envie de sortir d'ici et d'aller les mordre, juste pour leur faire subir ce que je subit chaque jour. Serait ce mon instant de loup garou qui me pousse à penser ainsi ? J'espère que non, il faut que je chasse ces pensées affreuses de ma tête et que je pense à autre chose, mais à quoi ? Il n'y a rien à faire et ma même comme à son habitude est parti batifoler avec le premier venu. Heureusement que la contraception existe sinon j'aurai déjà 15 demi frère et sœur et chacun aurait un père différent.

    La vie est parfois injuste mais c'est ainsi et on ne peut rien y faire. "

    Elle allait continuer sa lecture lorsqu'elle entendit la porte de la salle s'ouvrir... Ne relevant pas la tête elle rangea précipitamment son cahier dans son sac et se replongea dans sa rédaction. C'était surement quelqu'un qui venait ici pour travailler au calme mais n'osant pas relever les yeux elle ne vit pas de qui il s'agissait.
    Si quelqu'un la regardait à ce moment là il aurait put croire qu'elle essayait de plonger dans son parchemin, essayant par tout les moyens de rentrer en contact avec qui que ce soit. De toute façon les gens ne restait pas bien longtemps en sa compagnie, soit ils craignaient son regard glacial, celui qui disait "si tu t'approches je te mord" soit parce qu'ils la trouvaient trop bizarre et qu'ils ne voulaient pas être vu en sa compagnie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


❯ Messages : 15
❯ Avatar : Luke Pasqualino by Pow
❯ Scolarité : 18-19 ans ; 7ème année
❯ Camp : Le camp qui me fiche la paix u_u
❯ Orientation : Asexuel -paf- ; mais vous avez le droit de m'aimer qui que vous soyez, je m'en tape.



• SORTING FATES CARD •
Journal de Bord :
Il me protège : Un Malamute
Ca me fout la trouille : C'est compliqué hein

Message Re: Comment être tranquille un Samedi après midi [libre]   Mer 12 Sep - 16:36





from the first look, you know i'm troublesome

Poudlard. Pourquoi en avait-il des souvenirs aussi imprécis ? Peut-être parce qu'il s'y était énormément ennuyé. Pourtant à voir les autres élèves, tout le monde s'y plaisait énormément. C'était pour eux un endroit merveilleux avec des gens merveilleux bla bla bla. Pablo essuya son menton avec sa manche, la tachetant de rouge. Génial ! grommela-t-il dans sa propre tête. Son seul véritable ami le regarda, scannant son attitude et attendant de voir quelle serait sa réaction. Le brun ne lui accorda pas un regard mais regarda sombrement celui qui lui avait porté ce coup.

PABLO ; « Tu es décidément trop con. Tu viens de me donner une excellente raison de m'amuser. »

Il avait ricané entre les mots de sa phrase, extrêmement fier de sa grande bouche qui en rendait fou plus d'un. Tous ces efforts pour rendre ce château plus intéressant... Enfin ! C'est plutôt facile depuis cette guerre entre Gryffondors et Serpentards. Il suffisait de le vouloir un petit peu et les soucis venaient tous seuls. Ceci dit, c'était la première fois que Pablo s'abaissait à une violence pure et simple. C'est qu'il ne se battait pas pour lui. Mais parce que son ami à côté était bien défiguré. Oh, le Gallagher se doutait que ce dernier l'avait sûrement bien cherché aussi mais en l'occurrence, il s'en fichait comme de la couleur des dessous de McGonagall.
Il s'arrêta de rire et sauta au cou du Gryffondor sans aucune hésitation. Et tant pis si ce dernier faisait le double de son poids. Il savait comment fermer la bouche des petits colosses de bas étage, comme il disait si bien.

Il compta dans sa tête dix secondes entre le moment où il entendit une voix féminine hurler et le moment où il se fit choper par le col. McGonagall, bien évidemment... Ça ne pouvait pas être le directeur de Serpentard hein ? Mais Pablo était loin d'être déçu. Non, les yeux posés sur son adversaire, il admirait son œuvre avec une étincelle de folie.

MCGONAGALL ; « Encore vous M. Gallagher. A peine revenu que vous recommencez vos frasques ! »

Il haussa les épaules, fixant toujours l'autre garçon que le concierge relevait avec un air répugné. Il essayait de se souvenir c'était quoi. Ce sentiment, cette sensation de déjà vu. Tant qu'il ne prenait même pas la peine d'expliquer que son geste n'était qu'un juste retour des choses. Non, quand il ouvrit la bouche, ce n'était qu'après avoir claqué les doigts.

PABLO ; « Mais oui ! Je me souviens maintenant. C'est toi que j'ai dû raccompagner dans ton dortoir parce que, en cinquième année, tu étais allé uriner sur le bureau du Professeur McGonagall. Tu as essayé de m'acheter... puis tu m'as insulté... Comme quoi, quelques coups sur la caboche et ça repart. »

A ces dernières paroles, il regarda enfin le professeur qui était complètement indignée. Il en aurait rit. Seulement Carl se jeta sur lui, agrippant son bras et expliquant enfin au professeur de métamorphose que Pablo n'avait que les défendre. Le regard suspicieux de la femme en disait long sur ce qu'elle en pensait. Elle demanda sinistrement à Rusard d'accompagner le Gryffondor et Carl à l'infirmerie tandis que j'allais « travailler ».

PABLO ; « Travailler ? Ah bon ? Vraiment ? »
MCGONAGALL ; « Vous préférez peut-être être collé durant la semaine et privé de sortie en-dehors des cours ? »


Il leva les mains en l'air comme pour dire qu'il abandonnait cette bataille. Sacrée McGonagall, on dirait qu'elle ne déçoit jamais personne celle-là ! ricana-t-il dans sa tête.
Cela lui promettait un instant de plus à être tranquille, occupé.

Pendant tout le chemin, McGonagall lui donna des exercices et essais à faire tout l'après-midi. S'il avait tout noté, sa tête était ailleurs. Le Serpentard se souvint de quand il avait parlé de la bêtise du Gryffondor sur le bureau de la directrice de maison. S'il avait donné l'air de se rappeler de ça... c'était faux. Carl le lui avait rappelé auparavant. Non, ce dont il s'était souvenu, c'était de blessures similaires sur des visages inconnus dans les bois. Un bois similaire à celui où il s'était réveillé sans mémoire. Il ne l'admettrait jamais mais ces images le troublaient.

McGonagall toujours sur les talons, il dû montrer qu'il allait vraiment travailler et la supporta jusqu'à ce qu'il entre dans une salle vide au hasard. Une fois la porte refermée, il se doutait qu'elle attendrait un instant pour s'assurer qu'il ne sorte pas. Il soupira, finalement un zeste agacé et ennuyé, puis se retourna. Remarquant enfin que l'endroit était occupé...
Il éleva un sourcil en regardant l'inconnue mais s'avança silencieusement vers une autre table. Les yeux toujours sur elle.

PABLO ; « Je ne suis pas sûr que tu verras mieux en y collant ton nez tu sais. Si je te gêne, dis-le juste, mais ça ne changera rien : je suis sur surveillance. Cette salle est ma prison. »

Avait-il lancé sarcastiquement puis il finit par s'asseoir. Son agacement l'avait poussé à parler un peu plus qu'il ne l'aurait jamais fait en d'autres occasions. Il posa lourdement les livres donnés par la vieille femme et en ouvrit un avec flegme. Pablo n'arriverait pas à se concentrer, c'était certain. Il repassa sa manche sur son menton qui saignait encore un peu. Il marmonna alors des insanités sur « la McGo » et manqua d'envoyer son encrier dans le mur derrière lequel elle devait encore se trouver. Il remarqua alors qu'il était vide..

PABLO ; « Sale vieux corbeau... Hey, dis, t'aurais de l'encre pour le prisonnier ? Oh puis non, tu sais quoi, je vais rien foutre. Tu travaillais je suppose ? Je ne pense pas que tu sois du genre à te faire coller un Samedi après-midi. Quitte à se faire chier pendant une heure, autant arrêter de jouer solo : Pablo Aydan Keir Gallagher. Mais Pablo ça ira hein. Tu es ? »

Il s'était avachi sur son pupitre dans sa direction. Comme il le disait si bien : quitte à se faire chier pendant une heure, autant qu'il élargisse ses connaissances. Il n'avait rien de plus intéressant à faire.

PABLO ; « Ah et désolé, si jamais on s'est connu, j'ai un trou dans le crâne et j'ai oublié quelques gens hein... Et je ne mords pas non plus... pas encore. »

Il élargit un sourire sarcastique en tendant finalement la main vers elle, donnant presque l'air de quelqu'un de normal.






you're slowly losing it all

you're losing your memory now ; call all your friends ; tell them i'm never coming back ; cause this is the end ; pretend that you want it don't react ; the damage is done, the police are coming too slow now

I PERFECTLY KNOW SO




spoiler

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


❯ Messages : 9
❯ Avatar : Ashley Greene
❯ Scolarité : 6ème année//17 ans
❯ Camp : Rouge émeraude
❯ Orientation : Hétérosexuelle



• SORTING FATES CARD •
Journal de Bord :
Il me protège : La forme de ton Patronus (5éme année minimum)
Ca me fout la trouille : La forme de ton épouvantard

Message Re: Comment être tranquille un Samedi après midi [libre]   Mer 12 Sep - 20:46


    C'était bien sa veine, elle qui croyait être tranquille elle venait se faire enquiquiner par un serpentard assez sarcastique. Sa première réflexion n'atteignit en aucun cas la jeune fille, il en aurait fallut beaucoup plus pour la faire réagir car des réflexions elle en avait eut durant toute sa vie alors là il était bien loin de la faire sortir de ses gongs. Mais le seul faite que ce soit un serpentard l'exaspérait légèrement.

    « Sale vieux corbeau... Hey, dis, t'aurais de l'encre pour le prisonnier ? Oh puis non, tu sais quoi, je vais rien foutre. Tu travaillais je suppose ? Je ne pense pas que tu sois du genre à te faire coller un Samedi après-midi. Quitte à se faire chier pendant une heure, autant arrêter de jouer solo : Pablo Aydan Keir Gallagher. Mais Pablo ça ira hein. Tu es ? »

    Hein quoi ? Kate qui avait replongé la tête dans son parchemin leva les yeux vert le jeune homme, un air un peu étonné sur le visage. Il s'adressait vraiment à elle ? Lui, un serpentard... Soit elle était en plein rêve soit elle avait abusé sur le jus de citrouille.


    « Ah et désolé, si jamais on s'est connu, j'ai un trou dans le crâne et j'ai oublié quelques gens hein... Et je ne mords pas non plus... pas encore. »

    Avant qu'elle n'ait eut le temps de répondre il avait tendu la main comme un signe d'amitié ou en tout cas comme preuve qu'il voulait faire plus ample connaissance. Son nom en tout cas lui disait vaguement quelque chose, peut être l'avait elle entendu dans les couloirs du château mais de toute façon elle se fichait bien de comment il pouvait s'appeler, pour elle ce n'était rien de plus qu'un crétin de Serpentard qui allait se vanter encore et encore et qui finalement partirait en disant que les Gryffondors étaient tous des bon à rien.

    « Kate Summers et non on ne se connait pas. Et puis ne t'inquiète pas je ne mord pas non plus, tout du moins pour l'instant... »

    Une personne normal aurait put prendre ça pour une expression un peu coquine mais pour Kate cette phrase avait un tout autre sens mais ça personne ne le savait. Un petit sourire sur le visage elle s'enfonça dans sa chaise, posant sa plume et sortit un encrier de son sac pour le donner au serpentard.
    Hors de question qu'il ne fasse pas ça punition, après il pourrait encore aller dire que c'était de sa faute et ça ce n'était même pas la peine de l'imaginer en rêve.


    « Tien, hors de question que tu ne fasse rien de l'après midi, je n'ai pas envie que cela me retombe dessus. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
«
Contenu sponsorisé
»






Message Re: Comment être tranquille un Samedi après midi [libre]   




Revenir en haut Aller en bas
 

Comment être tranquille un Samedi après midi [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SORTING FATE :: La pensine :: Rps terminés-
Sauter vers: