AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Pablo Aydan Gallagher • imbéciles, moutons, mary-sue, gary-stu et groupies s'abstenir, terrain mortel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar


❯ Messages : 15
❯ Avatar : Luke Pasqualino by Pow
❯ Scolarité : 18-19 ans ; 7ème année
❯ Camp : Le camp qui me fiche la paix u_u
❯ Orientation : Asexuel -paf- ; mais vous avez le droit de m'aimer qui que vous soyez, je m'en tape.



• SORTING FATES CARD •
Journal de Bord :
Il me protège : Un Malamute
Ca me fout la trouille : C'est compliqué hein

Message Pablo Aydan Gallagher • imbéciles, moutons, mary-sue, gary-stu et groupies s'abstenir, terrain mortel   Mer 13 Juin - 14:19


Gallagher Pablo Aydan Keir




❯ FEAT : Luke Pasqualino.
Carte d'Identité

Pablo est un blaireau Masculin qui nous éclaire de son intelligence depuis 18-19 ans. Cette personne croit qu'elle gagnera le prix de beauté parce qu'elle fait partie des Serpentards en 7ème Année. C'est plutôt quelqu'un de Caractériel, Égocentrique mais vraiment Fairplay et Responsable. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'est pas totalement inconscient...

❯ ASCENDANCE : Sang-Pur ou Mêlé
❯ DATE DE NAISSANCE : Fin Août 1979.
❯ NATIONALITÉ : Anglaise ; sang Italien et Irlandais, je ne vous dis pas le caractère...
❯ CLASSE SOCIALE : Cela a vraiment une importance ?
❯ ORIENTATION SEXUELLE : Asexuel, merde quoi...
❯ CAMP : Serpentard.
❯ COMPAGNON : J'ai un chat. Il se nomme Cumulus et il est minuscule...
❯ BAGUETTE : Ma baguette est faite de bois de Rose s'étendant sur 32cm et elle contient un ventricule de cœur de dragon. Elle n'est pas tendre, comme moi, elle est plutôt rigide, pas comme moi et difficile à contrôler. Et sur ce dernier point, elle me ressemble tant !
❯ PATRONUS : Un malamute.
❯ EPOUVANTRARD : Être faible, qu'on décide pour moi, que je devienne une charge, être entouré de monde.

C'est bien simple pour l'instant, il vous répondrait « Je ne sais pas, je m'en fous, j'ai d'autres problèmes bien plus importants que ça. Comme mes trous de mémoire. » Mais auparavant, sans y donner une seconde pensée, il aurait choisi le camp de Serpentard. Parce que c'est la maison qui lui convient. C'est dans ces idéaux qu'il est né et c'est tout ce qui lui reste d'identité. Ceci dit, il est largement au-dessus de tout ça dans certains cas. Mais ça l'amuserait bien de prendre part dans cette guerre à Poudlard. Après tout, il fait déjà le mauvais sans ce cadre alors pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour en rajouter une couche ? Ça ne lui sert que d'occasion et de prétexte.



« Ce que je vais vous dire là va vous sembler bizarre. Pour raconter mon histoire, je ne peux pas la commencer comme n'importe qui... Car ma vie a pour moi commencé lorsque j'avais 5 ans. Je ne me souviens de rien avant ça. Et encore, plein de choses restent inexplorées au sujet de mon passé... Mais pour connaître les pièces manquantes de mon histoire, mettons en place d'abord celles que je détiens.

Je me suis réveillé comme si c'était une habitude alors que c'était comme émerger des eaux. Je regardais ce qu'il y avait autour de moi d'une façon distraite. Je compris que j'étais dans une pièce, sur un lit, dans une maison que je ne connaissais sûrement pas. Que connaissais-je ? J'essayais de comprendre ce que je faisais là, ce qu'il avait pu se passer pour que j'ouvre les yeux en ce lieu. Je ne pouvais pas être tombé du ciel dans cette pièce directement quand même, non ? La panique me saisit et son venin avait vite fait le tour de mon corps d'enfant. A ce moment, une femme entra. Un sourire reposait sur ses lèvres et ses yeux étaient illuminés d'une certaine façon. Qui était-elle ?

Pablo - « Où suis-je femme !? » criais-je, agacé, mais surtout effrayé. « Qui es-tu ? Pourquoi suis-je là ? Répond ! »

Les sourcils de la femme s'étaient levés dans une mimique étonnée, presque choquée, alors que sa bouche s'ouvrait progressivement. Elle déglutit, ne croyant pas à la virulence de mon ton. Gentiment, son sourire se redessina alors qu'elle s'accroupit devant le lit où j'étais alors assit, ce pour être à peu près à ma taille.

Infirmière - « On dirait que tu vas mieux... Ne t'en fais pas, il ne faut pas avoir peur de moi, ni de qui que ce soit ici. Tu es en sécurité. Je suis Annabelle, l'infirmière de cet établissement. Tes parents ont eu des problèmes mon petit et nous sommes ici pour s'occuper de toi. »

Je la regardais assez dédaigneusement.

Pablo - « Qui sont mes parents ? »

Elle sembla tressaillir à ce moment, en particulier sur le mot « sont », puisque j'avais articuler lentement la phrase, soulignant mon indignation. C'était ma façon à moi de montrer que je n'aimais pas ce qu'il se passait.

Annabelle - « Tu ne te souviens pas alors de tes parents ? »
Pablo - « Je ne poserais pas la question sinon... »
Annabelle - « Oh non... pas ça quand même ? Dis-moi, quel est ton nom ? »

Je me perdis dans des pensées lointaines, mais je n'allais nulle part puisque ma mémoire remontait seulement à quand je m'étais relevé. Depuis, jamais mon prénom n'avait été prononcé. Je m'énervais progressivement contre moi-même, la peur me gagnant un peu plus. Je ne savais pas mon nom mais n'ignorais pas que je devais le savoir. L'infirmière ne mit pas long à interpréter mon silence pour de l'ignorance et non du dédain.

Annabelle - « Ne t'en fais pas. Tu t'appelles Pablo, Pablo Aydan Keir Gallagher. »
Pablo - « Qu'importe qui sont mes parents, quelle idée idiote de m'en donner un si long de nom ! »

L'infirmière fit un sourire triste en caressant ma tête. Je n'aimais pas ça mais ne disais rien, trop agacé par la situation pour seulement m'occuper de ses manières trop familières.
Tout ce que je savais, c'est que j'étais fier, perspicace et vif pour un enfant de mon âge. Très vite, on m'amena dans une nouvelle chambre, plus colorée et plus habitée également. Deux garçons y jouaient sans nous accorder le moindre regard. Ce ne fut que lorsqu'Annabelle leur demanda le calme qu'ils m'aperçurent, curieux. Je détournai le regard, désintéressé, et regardai les lieux en grimaçant. Elle leur expliqua que j'habiterais leur chambre et que j'étais un nouveau camarade. Tss ! Bien-sûr !
Les premiers jours furent supportables, l'infirmière était la seule à qui je daignais parler et on croyait que ma perte de mémoire et le choc en était la raison. Je refusais juste de parler avec les autres. Ils avaient l'air si débiles et pathétiques avec leurs jeux. Mais le temps passa et on me força à m'amuser avec eux. C'est comme ça que les choses prirent un nouveau degré.

Une seule chose attirait mon attention, c'était un livre. A six ans, on nous apprenait à lire et étant plus doué que les autres, je me piquais d'être le seul à pouvoir prétendre à ce loisir. Seul avec une fille plutôt. Ce qui fut tout le problème. Sous mon nez, elle prit le livre, ne remarquant pas que je m'y intéressais. Frustré, je la regardais et la maudissant. C'est là que ça arriva pour la première fois. Une pile de jouets s'éleva du sol et progressivement, flottèrent. Sous une autre impulsion de rage, le tout alla se cogner contre la petite. J'éclatais de rire, à semi-conscient que j'étais coupable de ça. Cependant, elle retint ses larmes et cria aux nones. Très vite, elle me défia, me demandant pourquoi j'avais fait ça. Je lui clarifiais la chose. Agacée, elle me lança son livre à la figure. Le même manège recommença, avec diverses choses et je ne fus pas surpris qu'elle riposte de cette façon si peu ordinaire. Quand les nones arrivèrent, elles firent des signes de croix et appelèrent un prêtre pour nous avant de nous mettre dans une pièce vide tous les deux. On ne se disputait plus. J'avais presque de l'intérêt pour elle... Elle avait du dédain, comme moi. Et aussi ce truc magique.

Un homme avec une longue barbe finit par entrer. Etait-ce ça que les autres appelaient Père Noël, car si oui, il était en avance.

Inconnu - « Pablo Knight ? Emily Carlton ? »

Nous hochâmes la tête, enfin je le fis après avoir vu « Emily Carlton » le faire. Juste pour ne pas être en reste.

Inconnu - « Si j'avais su, je me serais occupé de vous plus tôt que ça. Je suis Albus Dumbledore. A partir de maintenant, je vais me charger de vous trouver un nouvel endroit où vivre. »

Je le toisais. D'accord, ma vie ici n'était pas excellente toutefois, j'avais aucune envie d'aller où que ce soit avec ce type. Du coin de l'œil, je vis la Emily hocher docilement la tête. Pfft ! Quelle hypocrite. Elle faisait la mignonne mais elle était aussi démone que moi, j'en avais la certitude.

Pablo - « Pourquoi tu fais la gentille alors que tu m'envoyais des bouquins au nez. Hypocrite ! »
Emily - « Laisse-moi tranquille, sale rat ! C'est toi qui a commencé ! »
Dumbledore - « On se calme et on fait ses affaires. Ne parlez à personne de ça, c'est votre mission. Un secret entre nous trois. »
Pablo - « Humpf ! »

Le soir même, nous quittions l'orphelinat de Londres. Durant tout un chemin, je ne fis qu'embêter Lia, ce qui devint un emploi pour moi. Un passe-temps jouissif ! Ne pouvait-elle pas juste s'estimer heureuse de susciter au moins mon intérêt, c'est si rare qu'elle devrait être comblée ! Enfin, j'étais juste agacé qu'elle fasse la fille docile alors qu'elle semblait avoir du punch. On aurait été deux, aurait formé un duo agaçant pour arrêter cet homme débile. Mais non ! Lia faisait la gentille fille, elle m'expliqua même qu'elle lui faisait bizarrement confiance... Qu'importe. Nous restâmes longtemps dans un endroit encore plus insalubre que l'orphelinat avant qu'une famille débarque en trombe. La femme vociférait alors que son mari gardait tout son calme, la tête haute. Ils étaient classes, sûrement riches. La femme était épaisse, faisant facilement six fois mon petit corps. L'homme était longiligne et très grand. Des cheveux bruns plaqués en arrière lui donnaient des airs de requin mais cela faisait très aristocrate. Je fus ravi d'apprendre que c'étaient des amis de mes parents, qui apprirent avec grand retard leur décès et qui venait leur faire honneur en me libérant du monde moldu et de ce Hagrid, qui remplaçait Dumbledore dans ses recherches d'établissement parfois.
Avec un sourire hautain, fier et en coin, je faisais un salut de la main à ma victime adorée et partait avec eux. Ce sont les derniers souvenirs que j'eus avant un nouveau trou noir.

12 ans plus tard...

Encore une fois, je me suis réveillé dans un endroit inconnu. J'étais dans une forêt. Il faisait nuit et il avait plu. J'étais à demi-trempé cependant, m'affirmant que la pluie ne m'étais pas tombée dessus mais que c'était après celle-ci que j'étais tombé à terre. Que faisais-je là ? Où étais-je ? N'y avait-il personne avec moi ? Je marchais sans trop savoir où aller quand je vis la lumière d'une maison. Las, trainant ma jambe visiblement cassée ou en mauvais état en tout cas, je m'avançais jusque là-bas, priant pour que ce ne fut pas un moldu. Plutôt un cracmol même, qu'il puisse prévenir quelqu'un pour ma jambe et me ramener là où je devais être.
Sans hésiter, l'homme me fit entrer. Sorcier, même médicomage en repos, il me passa une mixture pour ma jambe et me conseilla d'aller me laver. Sa petite chaumière était réconfortante, petite mais chaleureuse. Le feu brûlait et craquait dans un son bien plus agréable que celles des gouttes des marécages. Ayant toujours mes souvenirs d'enfant de 5-6 ans, je savais qu'à l'époque j'aurais détesté cette maison. Peut-être même que jusqu'à aujourd'hui, je l'aurais détesté, je n'en savais plus rien, ma mémoire perdue. Je connaissais déjà ça au moins !
Me regardant dans la glace, je fus choqué. Un jeune homme très adulte se reflétait dans le miroir. La dernière image de moi que j'avais dans ma tête était celle d'un môme aux joues joufflues. Là, un garçon aux cheveux taillés mais juste assez longs pour tomber jusqu'à mes sourcils. Une peau assez mat normalement, je supposais que j'étais pâle par rapport à d'habitude après des jours passés sans manger et dans le froid. Des cernes étaient clairement visibles sous mes yeux marrons. Je regardais autour de moi, voyant que je dominais de ma taille, une bonne partie du mobilier. Je devais faire autour d'un mètre quatre-vingt ou quatre-vingt dix. Je me lançais des fleurs là, quand même.

A mon retour dans le salon, on me demanda si il fallait prévenir quelqu'un de ma situation. Je n'avais que trois noms en tête. Annabelle qui, moldue de son être, ne servirait à rien. Emily Carlton et Albus Dumbledore. Emily, c'était exclu, je ne savais pas ce qu'elle était devenue. En revanche, Dumbledore... L'homme, le connaissant, hocha la tête avec un sourire et fit le nécessaire. Je lui indiquais de préciser que c'était de la part de Pablo Knight.
Je passais la nuit chez cet homme. Je ne fis que penser, et regarder mes longues jambes et mes bras. Mes manches retombèrent alors que je levais ces derniers, révélant quelque chose sur l'un d'entre eux. Mes yeux s'écarquillèrent en voyant un serpent se mouvoir sur ma peau. Un tatouage ? Pourquoi ? Quand ? Que signifiait-il ? Je ne sais pas pourquoi mais je sentis que je devais le cacher. Je me forçais enfin à fermer l'œil. Mais la nuit ne fut d'aucun repos. J'enchainais les cauchemars où parfois le serpent apparaissait avant de mordre au cou ou au bras. Quand c'était au cou, je devinais la mort impliquée...

Le lendemain, je fus réveillé de mon sommeil agité par un envoyé de Dumbledore. On m'expliqua que celui-ci était très occupé par une affaire au tribunal. Je ne posais pas de question, n'étant pas vraiment certain de vouloir savoir, ma tête faisait suffisamment mal comme ça. Le personnage en question me regardait suspicieusement, comme intrigué mais avec une certaine crainte. Avait-il peur de moi ? Fatigué par ce manège, je finis par lui demander.

Pablo - « Il y a un problème ? »
Inconnu - « Non, non Mr Knight, je suis juste surpris de votre calme en ma présence. »

Avait-on été amis ? J'en avais pas l'impression vu sa conduite. Pourquoi ne nous étions nous pas entendus ? Il semblait normal comme type. Je haussais les épaules, lui expliquant que j'étais incapable de m'en souvenir. Ce qui le choqua. Soudain, il se rappela que ça m'était déjà arrivé et me rassura - drôlement - en me disant que j'avais réussit à me rappeler autrefois. Il marmonna quelque chose que je n'étais pas censé entendre, quelque chose comme « Mais il serait tellement bien que vous restiez comme ça... Espérons que ça va vous changer. » Etais-je un problème pour lui ? Je me sentis mal à l'aise soudain, ne pas comprendre qui j'étais et devais être m'énervais. Je me sentais vide.

Je finis par rencontrer Dumbledore qui fut très surpris de me revoir. Nous discutâmes et j'appris que cela faisait un an que j'avais disparut. J'habitais seul, ayant quitté volontairement le domicile des amis de mes parents. Je n'eus aucune envie de les rencontrer pour cette raison. Il me certifia que ce fut par désir d'indépendance mais je m'en fichais. Je voulais m'épargner le mal de les rencontrer, ce serait agaçant alors que je ne me souviens de rien d'eux.
Le vieil homme me dit que j'étais scolarisé à l'époque dans cette école et que j'aurais dû être maintenant major. Seulement, avec ma disparition, je n'avais pas fait ma septième année, aussi me dit-il que je pouvais la reprendre maintenant et que ça m'aiderait à récupérer ma mémoire. Qu'avais-je à y perdre ?
Alors qu'il se levait, signalant qu'il avait à faire, je m'agitais. J'allais me retrouver avec des inconnus qui peut-être m'avaient connus eux. C'est peut-être pour ça que...

Pablo - « Monsieur attendez ! Et Carlton ? »

Dumbledore se retourna, suspicieux, puis étonné mais un sourire apparut sur ses lèvres.

Pablo - « Vous êtes les seuls personnes dont je me souvienne. Vous m'avez dit que c'était une école de sorcellerie, et je me souviens de notre bagarre... Elle doit sûrement être ici, non ? »
Dumbledore - « En effet monsieur Knight. Pas sûr en revanche qu'elle soit ravie. »
Pablo - « Je ne sais pas pourquoi mais ça ne sera pas une première, non ? »

Il sourit encore davantage.

Dumbledore - « Je vous souhaite bon courage monsieur Knight, cela risque d'être fort intéressant. Aussi, si vous vous souvenez de quoique ce soit, adressez-vous à des personnes de confiance uniquement. »

Son regard impliquait beaucoup de choses et sans savoir pourquoi, je frottais mon bras tatoué. Savait-il ? Avait-il idée de ce qui m'était arrivé durant ses années ? Durant ma disparition ? De ce que signifiait mon tatouage ? Que je l'avais seulement ? J'en eus la claire impression mais hochais la tête sans rien demander, je n'étais pas prêt à savoir. J'attendrais que ma mémoire revienne. Affrontant ce qui allait avec. En attendant, d'autres problèmes m'attendaient : les cours dont je me souvenais pas mais récupèrerais vite - comme le vélo non ? -, comment me conduire et retrouver Emily. Avait-elle changé ? Grandit en dédain ? M'enverrait-elle bouler ? Il y avait des chances... »




Caractère ; Je n'ai pas besoin de ma mémoire pour vous en dire à ce niveau ! Puis les gens ont eu vite fait de me le rappeler.

Naturellement, j'ai pu de suite constater que j'étais presque par automatisme parfois très dédaigneux et hautain. J'ai une fierté que je place au-dessus de tout et je me fiche bien que ce soit supportable ou non. Je n'ai que faire de l'avis des gens, en fait, si les gens méritent seulement mon intérêt, ils ne devraient pas trop avoir à se plaindre de ce côté-là.
Car il ne faut pas croire, j'arrive quand même à avoir des rapports cordiaux avec certains. Enfin, "cordiaux", selon moi. Faut pas non plus s'attendre à ce que je devienne tout mielleux et gentil. Je ne suis pas un toutou bien dressé. Je ne suis même pas un toutou, on va commencer par là hein...
Donc j'arrive à avoir des amis. Après, il y a mes victimes : je les taquine, je les torture, je les harcèle, je leur mets la pression, je les hais puis je les adore... Ce sont les relations que je préfère, ce sont les plus intenses et elles ne demandent pas de régularité que je suis incapable d'apporter.
Je suis instable, oui, totalement. Mais avec cette mémoire pourrie, vous vous attendez à quoi ? Cela me gave d'ailleurs et je m'estime très heureux d'avoir encore en tête tous mes cours et sorts. Il me suffit de relire et exécuter. A défaut de m'avoir donner une mémoire opérationnelle, mes parents ont fait de moi un sorcier d'exception.

Quoi ? Mon égo ? Il va très bien, je te remercie, et il t'envoie ch**r aussi accessoirement. Je suis mauvais ? Oui bien si ça ne te plait pas, dis-le franchement, pas de mijaurée avec moi. J'aime la franchise, bien que j'en sois pas totalement capable. Je dois bien manipuler et me servir habilement des cartes que j'ai en main. Non ? D'ailleurs, je peux devenir un peu dangereux à ce niveau... Quand j'ai un but, tout est bon pour l'atteindre dans les meilleures façons. Là commencent des jeux d'esprit que certains ne pourraient comprendre et trouveraient exagérés. Pourtant, un rien pour moi peut devenir un grand jeu. D'où ma bizarrerie.
Et au fait, par pitié, ne cherchez pas d'excuses à mon comportement, c'est simple, j'en ai pas. Je suis né dans un contexte et je me suis épanoui dedans, et vous savez quoi ? Je ne pense pas qu'on m'ait forcé et pour tout dire : je . m'en . tamponne . le . coquillard. Et je le ramasse même à la petite cuillère. Je suis comme ça et ne me cherche pas de circonstances atténuantes. Si un jour, je change, il en ira de même.

Certains me voient extravagant, d'autres me trouvent discret. Allez chercher l'erreur. Je joue sur tous les tableaux... Faut dire que quand je sors les quatre vérités d'une personne, je ne fais pas dans le transparent mais généralement, je la joue calme. Juste faut éviter de me forcer à en mettre une. J'ai l'air gringalet mais ma baguette comble les muscles qui me manqueraient potentiellement.
J'aime faire la fête, boire, danser, s'assurer que tout se passe bien, traficoter par-ci par-là, fumer une clope tranquille et regarder les étoiles. Voilà, vous avez même un brin de poésie à la fin.
Ma plus grande peur, je la vis déjà donc je joue parfois les têtes brûlées... Je suis un vrai paumé en fait. Mais je le vis comme je peux.

Physique ; On ne va pas en faire des caisses hein. Je me suis réveillé tout mouillé à moitié dans la boue et quand j'ai pris mon premier bain, j'ai enfin pu voir une métamorphose radicale.

Je me souviens de moi enfant et me voilà en fin d'adolescence... Imaginez le truc. J'agis encore comme le gamin de mes souvenirs parfois ! Alors me retrouver à devoir me raser, le bordel total ! Et oui, je ne suis pas imberbe. C'est du boulot que d'avoir les joues douces, mes joli(e)s.

Enfin, je suis le ténébreux typique. Cheveux noir, enfin certaines me trouvent des reflets chocolat mais je ne vais pas chercher si loin. Ils font échos à mes yeux, noirs aussi. Il parait qu'avoir les yeux noirs est impossible, on ne peut que les avoirs marrons foncés. Oui bien les miens sont noirs et j'envoie balader nos amis scientifiques et sorciers chercheurs... Ma peau est un peu mat pour un européen classique. Et vu mon prénom, j'ai sûrement des origines italiennes. Cela expliquerait ce teint de peau. Ça m'évite au moins un teint trop pâle, déjà que j'ai es cernes à faire dormir un mort... Oui bien pas ma faute si mes nuits sont très courtes !

Je suis mince, longiligne plutôt, pas énormément musclé. Juste assez pour ne pas être squelettique en fait ou trop maigrichon. Mais du coup j'ai un complexe ridicule : je déteste la longueur de mes pieds. Ils sont fins, donc longs. Bordel, on dirait des palmes. Moi ? Exagérer ? Oui bien niveau méchancetés, je n'ai pas l'habitude de faire dans la dentelle, pas même pour moi donc bon... Par contre, je suis grand, un vrai bambou géant. Enfin, pas autant que certains mais 187cm c'est plus qu'honorable. Puis j'ai un sort en tête pour me faire prendre quelques centimètres si quelqu'un ose me dire que je suis petit pour un gars. Bon j'ai toujours mes poings


Yeah Geek Power !!!
Pseudo : texte ici.
Tu as quel âge ? texte ici.
Tu nous a trouvé où ? texte ici.
Et t'en penses quoi ? texte ici.
T'as un autre compte ? Lequel ? texte ici.
T'as pas un truc à nous dire hein ? ce code a explosé sans l'aide de Seamus 8D - Florian Yeah c'est fresh ça 8D
Mais encore ? *o* texte ici.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SlytherinQueen

avatar


❯ Messages : 244
❯ Avatar : Amber Heard
❯ Scolarité : 6ème année 17 ans
❯ Camp : ing pour la libération des gnous
❯ Occupations : Emmerder le monde
❯ Orientation : A droite, mais ça change quand je tourne



• SORTING FATES CARD •
Journal de Bord :
Il me protège : Un requin blanc
Ca me fout la trouille : Son propre reflet, vieille, malade et seule

Message Re: Pablo Aydan Gallagher • imbéciles, moutons, mary-sue, gary-stu et groupies s'abstenir, terrain mortel   Mer 13 Juin - 16:59


Et bah puisque tu t'en fou, je ne te dirait même pas bienvenue :hinhin:





Sweet & Vicious

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dancing-mad.forumactif.com/

avatar


❯ Messages : 157
❯ Avatar : Devon Murray
❯ Scolarité : 6eme année
❯ Job : Démineur
❯ Camp : Red isn't dead
❯ Occupations : poursuiveur
❯ Orientation : Hétéro!



• SORTING FATES CARD •
Journal de Bord :
Il me protège : un renard
Ca me fout la trouille : la Mort

Message Re: Pablo Aydan Gallagher • imbéciles, moutons, mary-sue, gary-stu et groupies s'abstenir, terrain mortel   Mar 19 Juin - 19:27


Felicitations pour l'explosion....mais bon le résultat ne vaut pas un vrai Seamus made ^^




Seamus Finnigan- uc.
redsky


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
«
Contenu sponsorisé
»






Message Re: Pablo Aydan Gallagher • imbéciles, moutons, mary-sue, gary-stu et groupies s'abstenir, terrain mortel   




Revenir en haut Aller en bas
 

Pablo Aydan Gallagher • imbéciles, moutons, mary-sue, gary-stu et groupies s'abstenir, terrain mortel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SORTING FATE :: ABRACADABRA :: Présentation :: Cérémonie de Répartition :: Elèves répartis [OK]-
Sauter vers: